Suite à cet article sur la Pause Humanitaire à Gaza , nous avons interrogé un ancien officier de l’armée française

Interview d’un ancien officier de l’armée française

— Bonjour. Ancien officier et auteur, vous animez aussi le blog nepassubir.fr. Comment interprétez vous ce geste de l’armée israélienne dans un but humanitaire, nous dit-on ?

• J’ai peur que cela reste un effet d’annonce. Le porte-parole de l’armée israélienne vient d’annoncer que les combats continueront presque normalement. Vous le savez, l’armée israélienne, dans le cadre de l’offensive Netanyahou, bombarde quotidiennement toute la bande de Gaza. Or, dans le Sud, où l’opération est la plus intense, après ce message d’espoir qu’on a eu cette nuit, qu’enfin il y ait une respiration humanitaire permettant l’acheminement, comme l’a très bien expliqué votre journaliste, l’armée se rétracte déjà.

Cela signifie que Benjamin Netanyahou, qui prend les décisions pour l’armée israélienne, a mis fin aux discussions sur l’importance de laisser acheminer cette aide humanitaire. En réalité, il ira jusqu’au bout. On le voit très bien dans son attitude vis-à-vis des négociations pour un cessez-le-feu avec le président américain Joe Biden, qu’il refuse catégoriquement.

— Sachant que Benjamin Netanyahou a marqué des points avec les dernières libérations d’otages, il a repris de la force et de la crédibilité politique, d’après vous ?

• Non, il a surtout empêché Benny Gantz de faire une conférence de presse prévue samedi dernier, qui devait montrer que l’opération Netanyahou était sans issue et qu’il n’arriverait jamais à détruire militairement une organisation terroriste. Or, comme par hasard, exactement le jour où Benny Gantz devait tenir cette conférence de presse, Benjamin Netanyahou lance une opération pour libérer 4 otages.

— C’était calculé, selon vous ? On peut y calculer ce genre de choses ?

• Absolument, il avait l’information et cette opération était préparée depuis plusieurs semaines.

— Cela voudrait dire que le reste du temps, il laisse volontairement les otages aux mains du Hamas ?

• Cela signifie qu’il a déclenché cette opération de manière opportune, causant plus de 200 victimes collatérales, et clouant le bec à Benny Gantz. Il a libéré 4 otages par la force alors que le projet de cessez-le-feu du président Biden aurait permis d’en libérer 40. Pour moi, Benjamin Netanyahou a sacrifié une trentaine d’otages israéliens juste pour empêcher les négociations de cessez-le-feu d’aboutir. Cet homme est extrêmement dangereux, ce qui explique les manifestations importantes en Israël même, pour le destituer. Bien que la population israélienne ait salué la libération des 4 otages, Netanyahou n’en veut pas d’un cessez-le-feu.

— Vous pensez donc que la pause annoncée n’aura pas lieu ?

• Elle n’aura pas lieu parce que Benjamin Netanyahou n’en veut pas, tout comme il ne veut pas de cessez-le-feu. En libérant 4 otages, il a mis en risque une trentaine d’autres otages qui auraient pu être libérés dans le cadre du cessez-le-feu.

— Les négociations pour un cessez-le-feu sont effectivement totalement au point mort ?

• Oui, Netanyahou non seulement n’en veut pas, mais il est aidé par le Hamas. Chaque fois qu’on croit avancer sur le sujet, cette proposition de cessez-le-feu, le président Biden l’a tirée des demandes de l’entourage de Netanyahou. Il a réussi à les faire échouer avec l’aide du Hamas, qui, comme lui, ne veulent pas sortir de ce conflit, car c’est ce conflit qui leur permet de se maintenir au pouvoir.

— Vous voyez là une fuite en avant solitaire du Premier ministre israélien, quelles que soient les annonces comme celle de cette pause tactique ?

• Il fera tout pour continuer son opération jusqu’au bout, dans l’espoir que Donald Trump prenne le pouvoir et lui apporte le soutien que ne lui apporte pas Joe Biden.

Merci pour l’analyse Guillaume Ancel, ancien officier de l’armée française auteur et votre blog : https://nepassubir.fr/

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *