TikTok

Hier, le PDG de TikTok, Shou Zi Chew, s’est présenté devant la commission américaine de l’énergie et du commerce pour témoigner. Ce processus est le dernier chapitre d’une persécution particulière de cette application absolument virale à laquelle Donald Trump a déjà menacé d’opposer son veto aux États-Unis.

Ce mouvement pourrait se concrétiser si TikTok ne vend pas sa division américaine.

Etats-Unis contre TikTok. Au cours du long procès, disponible sur YouTube, les membres du Congrès américain ont soumis M. Chew à des questions souvent répétitives sur les liens possibles entre TikTok et le gouvernement chinois, sur la gestion des données et sur les effets néfastes de l’application sur les enfants. “L’interrogatoire” n’a pas été favorable à M. Chew ni à l’avenir de TikTok aux États-Unis. Le réseau social est devenu le nouveau bouc émissaire de la guerre commerciale, politique et technologique entre les États-Unis et la Chine.

TikTok espionne-t-il les Américains ?

Les membres du Congrès se sont montrés particulièrement agressifs à l’égard de M. Chew, à qui il a été demandé à plusieurs reprises si l’application espionnait les utilisateurs américains au profit du gouvernement chinois. Selon le New York Times, ils l’ont interrompu dans ses réponses – il était à peine capable d’intervenir dans le processus – et lui ont demandé avec colère de répondre par un simple “oui” ou “non”.

Il n’y a aucune preuve d’espionnage.

Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas de preuve d’un tel espionnage, mais plutôt des soupçons quant à son existence ou, du moins, quant au potentiel de l’outil à servir cet objectif. En 2020, le Washington Post a collaboré avec un expert en cybersécurité pour analyser l’application en profondeur et a révélé qu’elle ne semblait pas collecter plus de données que les autres réseaux sociaux. L’année suivante, une autre analyse du Citizen Lab a abouti aux mêmes conclusions : il n’y a aucune preuve d’espionnage.


En Chine, on s’oppose à une éventuelle vente de TikTok. L’administration Biden envisageait la possibilité que TikTok vende sa division américaine pour la séparer de ByteDance, l’entreprise chinoise qui est propriétaire de la plateforme. Le ministre chinois du commerce a déclaré, quelques heures avant l’interrogatoire, qu’il s’opposait à une vente de TikTok, ce qui a encore resserré l’étau avant le procès.

M.Chew nie avoir des liens avec le gouvernement chinois.

Shou Zi Chew a tenté de se défendre et d’expliquer que son entreprise était indépendante. “ByteDance n’appartient pas au gouvernement chinois et n’est pas contrôlée par lui. Il s’agit d’une entreprise privée. Les membres du Congrès ne l’ont pas cru, et des experts comme Benedict Evans ont expliqué sur Twitter qu’en réalité, le gouvernement chinois contrôle de facto toute entreprise dont le conseil d’administration opère physiquement en Chine. En réalité, cette affirmation sonne juste, surtout si l’on considère ce qui est arrivé à Jack Ma, Alibaba et Ant Group il y a quelques mois.


Accusations directes

Comme l’indique le NYTimes, plus de 50 membres du Congrès se sont montrés sceptiques à l’égard des commentaires de M. Chew. Dans leurs remarques, ils ont qualifié TikTok de menace pour la sécurité nationale et ont accusé la plateforme de porter atteinte à la vie privée des utilisateurs, de nuire à la santé mentale des jeunes ou de causer la mort de certains d’entre eux. Cathy McMorris Rodgers, présidente de la commission de l’énergie et du commerce, a souligné que “TikTok a choisi à plusieurs reprises la voie de plus de contrôle, de plus de surveillance et de plus de manipulation. Sa plateforme devrait être interdite. Je ne m’attends pas à ce qu’il dise quoi que ce soit aujourd’hui qui puisse empêcher ce résultat.


La survie de TikTok aux États-Unis est menacée.

Lindsay Gorman, analyste au German Marhsall Fund, une société qui a conseillé l’administration Biden, a expliqué que “l’avenir de TikTok aux États-Unis est certainement plus sombre et plus incertain aujourd’hui qu’il ne l’était hier”. La proposition de TikTok de protéger les utilisateurs américains grâce à des serveurs situés sur le sol américain – le “Project Texas” – ne semble pas suffire, et ce qui est arrivé aux données des utilisateurs européens constitue un précédent clair pour de telles suspicions. Par ailleurs, M. Chew a expliqué que l’interdiction de TikTok constituerait une atteinte à la liberté d’expression.

Mais en fait, il n’est pas si facile d’interdire Tik Tok

Il y a quelques semaines, plusieurs sénateurs américains ont proposé un projet de loi intitulé RESTRICT Act, qui donnerait au gouvernement américain la possibilité d’enquêter et d’interdire l’utilisation de technologies provenant de pays hostiles aux États-Unis. Toutefois, les démocrates se sont opposés à une telle législation qui proposerait une interdiction de TikTok. Les conséquences d’une fermeture nationale seraient énormes et iraient bien au-delà de l’interdiction que plusieurs pays ont déjà imposée à leurs fonctionnaires.

Sources :

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *