Tactique quotidienne dans le sud de la bande de Gaza, précisément au point de passage de Kerem Shalom, une pause qui a pour but, d’après l’armée, d’accroître le volume d’aide humanitaire qui entre sur les territoires palestiniens. Notre reporter local est à Jérusalem, et va nous en dire plus sur les modalités de cette pause.

C’est une pause tactique des activités militaires, tous les jours entre 8h du matin et 19h heure locale, et ce jusqu’à nouvel ordre. Voilà ce que précise en tout cas, ce matin, l’armée israélienne, qui présente, je cite, comme une étape supplémentaire dans les efforts d’aide humanitaire. Mais cette pause, en fait, elle est extrêmement localisée, elle ne concerne que le transport d’aide humanitaire entre le passage de Kerem Shalom et la route de Salah al-Din, dans le sud de la bande de Gaza. Précisons-le, il n’y a pas de cessation des combats dans le sud de la bande de Gaza. Les combats se poursuivent, assurent l’armée, ce que confirme à l’instant le Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Mais cette pause, si elle est confirmée, serait bienvenue, puisque la bande de Gaza n’a accès qu’à un filet d’aide humanitaire ces dernières semaines. Le nombre de camions qui parvient à entrer est largement insuffisant par rapport aux besoins. Il en faudrait 500 par jour. Mais le mois dernier, il n’y en a eu que 68 quotidiennement. Les autres camions s’entassent au point de passage de Kerem Shalom, là où entre l’aide humanitaire, à cause des restrictions de l’armée israélienne, alors qu’une famine menace les Gazaouis. Les ONG martèlent depuis des mois que sans un véritable cessez-le-feu, la situation humanitaire ne pourra jamais s’améliorer.

La Diplomatie dans l’Impasse

Cette pause intervient alors que les négociations entre Israël et le Hamas semblent carrément au point mort. Sur le front diplomatique, les espoirs d’un cessez-le-feu semblent s’éloigner de plus en plus. Israël et le Hamas ont des exigences contradictoires et le plan annoncé fin mai par le président américain Joe Biden a très peu de chances d’aboutir. Le ministre de la Défense israélien, Yoav Galon, se rendra à Washington pour s’entretenir avec son homologue américain, mais il n’y a toujours pas d’avancée.

La Situation en Cisjordanie

Il y a Gaza, mais il y a aussi la Cisjordanie occupée, un autre front dont on parle moins ces dernières semaines, mais qui est dans un état quasi insurrectionnel depuis le 7 octobre, avec des raids quotidiens dans les villes palestiniennes. Depuis le 7 octobre, 547 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par les soldats israéliens et 5 200 ont été blessés, dont 800 enfants.

Les Efforts Humanitaires Internationaux :

UNRWA : Agence des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine, fournissant des services essentiels.
CICR : Comité international de la Croix-Rouge, offrant des soins médicaux et une assistance humanitaire.
OMS : Organisation mondiale de la santé, apportant des fournitures médicales et un soutien sanitaire.
UNICEF : Fournissant des services de soutien aux enfants affectés par le conflit.
ONG Locales : Organisations locales jouant un rôle crucial dans la distribution de l’aide humanitaire.

Lire L’interview :

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *